Les carrières dans la chimie expliquées aux élèves européens par le biais du chat

« Quelles opportunités d’emploi s’offrent à nous dans le secteur de la chimie ? ». C’est la question posée par des élèves issus de 11 écoles européennes lors du quatrième chat Xperimania qui s’est déroulé le 14 mars dernier. Fabian Scuvie, de la fédération des industries chimiques belge essenscia, en a profité pour donner aux élèves des conseils pratiques et avisés pour leur avenir professionnel.

Les élèves slovènes, polonais, hongrois, espagnols, français, finlandais, allemands et portugais ont pris une part active au chat. La plupart des questions posées concernaient l’avenir de la chimie ainsi que les aptitudes et le bagage scolaire requis pour travailler dans ce secteur.

Fabian Scuvie a expliqué que pour travailler dans le secteur de la chimie, il fallait de bonnes connaissances informatiques, un excellent esprit d’équipe, une grande minutie, de la flexibilité, un esprit curieux et de bonnes capacités de communication. Et dans certains cas, il faut également être mobile. Au cours de leur formation, les étudiants doivent se concentrer sur la chimie organique, pierre angulaire de la chimie.

« La majorité du marché de la chimie est liée à la chimie organique », a souligné notre expert.

Fabian Scuvie a affirmé que le secteur de la chimie se présentait sous d’excellents augures. Plus précisément, la pharmacochimie, la biotechnologie, le développement des nouveaux matériaux, ainsi que les technologies durables et écologiques sont les secteurs promis au plus bel avenir. Mais il faut également compter sur les nanotechnologies et la microchimie.

Au cours de ce chat, les participants ont découvert que sur le continent européen, le secteur de la chimie était particulièrement développé en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, en Irlande, en France et aux Pays-Bas. Fabian Scuvie a également expliqué qu’il n’était pas trop tard pour les élèves qui éprouvaient des difficultés en cours de chimie :

« Dans le secteur de la chimie, seuls 15 % des personnes employées ont un diplôme de chimie. En effet, le secteur emploie des comptables, des chauffeurs poids lourds, des avocats, des secrétaires, des vendeurs… Il existe tellement de possibilités ! »

Pour terminer, Fabian Scuvie a ajouté que trop peu d’élèves souhaitaient travailler dans le secteur de la chimie, notamment dans l’industrie pétrochimique. Selon les estimations de l’Union européenne, il faudrait recruter 500 000 chercheurs ou 1,2 million de personnes impliquées dans la recherche en 2010. Et la candidature des femmes est plus qu’encouragée.

« En Belgique, on compte une seule femme pour huit hommes dans l’enseignement des sciences », a indiqué Fabian Scuvie.

« De plus, de nombreux scientifiques prendront leur retraite dans les 10 prochaines années. Nous n’attendons plus que vous ! »

Pour vous inscrire au prochain chat, envoyez un message à l’adresse : xperimania@eun.org

Téléchargez la transcription du chat ici (PDF).

Article connexe

Gimnazija Poljane (Slovénie).
Professeur coordinateur : Breda Policar
Gimnazija Poljane (Slovénie).
Professeur coordinateur : Breda Policar
SEK Budapest International School (Hongrie). Professeur coordinateur :
Dr. Beata Jarosievitz
Modérateurs du chat et experts. De gauche à droite : Ann Whent (Cefic/Appe), Dominique (Cefic/Appe), Pierre de Kettenis (Cefic/Appe) et Fabian Scuvie (essenscia).